MacMusic  |  PcMusic  |  440 Software  |  440 Forums  |  440TV  |  Zicos
eacute
Recherche

kDrive : pourquoi et comment ses développeurs ont favorisé l'open source

vendredi 29 janvier 2021, 09:09 , par TooLinux
Nous vous proposerons dans quelques jours un test de la suite kDrive. En attendant, retour sur les fondations open source de cette alternative à Google Drive, Dropbox et autres Clouds publics.

Infomaniak souhaitait concevoir un cloud collaboratif sécurisé et souverain, 'une plateforme cloud suisse dédiée à la productivité et respectueuse de la vie privée'. kDrive, aujourd'hui disponible auprès du plus grand nombre, aura demandé 3 ans de recherche et développement, représentant 8 millions de francs suisse (7,43 millions €).
Les technologies à l'oeuvre dans kDrive
Les ingénieurs de l'hébergeur suisse devaient concevoir une architecture robuste, scalable et insensible aux pannes. Prenant leur temps, ils expliquent, sur le blog officiel, avoir 'recherché la maîtrise technologique avant tout'.
La phase initiale de développement a occupé 20 ingénieurs pendant plus de 12 mois. Le code de kDrive a été écrit principalement en php. Les langages de programmation GO et Python sont également utilisés pour fournir des aperçus.
Les bases de données fonctionnent sur MariaDB (fork de MySQL). Quant au stockage objet, il repose sur OpenStack SWIFT, une technologie Open Source utilisée également pour les services SwissTransfer et Swiss Backup.
Un middleware développé par l'équipe de l'entreprise dans Kubernetes règle la majorité de la logique métier. Il fait le pont entre la gestion des données et l'application kDrive des clients.
Confidentialité et l'intégrité des données
Infomaniak explique que chaque instance de kDrive contient sa propre base de données qui fournit une cartographie des fichiers du client pour les relier à leur emplacement de stockage dans OpenStack SWIFT. Les bases de données contenant les identifiants sont bien séparées de celles des structures de fichiers. L'avantage ici de Kubernetes est aussi sa grande scalabilité: les services peuvent se redimensionner dynamiquement et automatiquement.
L'aspect sécuritaire va encore évoluer fortement: les utilisateurs vont ainsi pouvoir 'émettre leurs propres clés de chiffrement'. L'intégration de ces coffres-forts sera disponible avec l'application pour ordinateur (Linux, Windows et macOS) et mobile. Le chiffrement bout-en-bout sera asymétrique.

Des nouveautés régulières en mode 'Canary Release'
Un peu à l'image des navigateurs web, les évolutions de kDrive sont ajoutées de manière progressive selon le modèle Canary Release. Chaque mise à jour est ainsi testée dans les conditions réelles de production, uniquement avec un panel d'utilisateurs avant de l'étendre progressivement à l'ensemble.
L'avenir est standard et ouvert pour kDrive
kDrive se veut une plateforme ouverte et évolutive, ce qui implique de 'privilégier des technologies open source, mais aussi de rendre kDrive compatible avec les protocoles comme Webdav'. Ainsi, une API publique viendra prochainement compléter le dispositif.
Quant aux applications mobiles, la base Nextcloud utilisée au départ ne suffit plus pour soutenir le rythme et les ambitions de kDrive: les développeurs travaillent donc officiellement sur une toute nouvelle application, native cette fois, pour iOS et pour Android: 'elle offrira toutes les fonctionnalités de l'interface en ligne ainsi qu'une fonctionnalité de numérisation améliorée, l'édition de documents Office, l'amélioration des partages et une optimisation pour les tablettes'.
CG
Lisez également
La feuille de route d'Infomaniak est connue pour 2021
Infomaniak rapproche kDrive de son webmail
My kSuite, des outils collaboratifs personnalisables pour PME chez Infomaniak
https://www.toolinux.com/?le-projet-kdrive-d-infomaniak-raconte-par-ses-developpeurs
News copyright owned by their original publishers | Copyright © 2004 - 2021 Zicos / 440Network
Date Actuelle
sam. 31 juil. - 05:28 CEST